Produits phytosanitaires: concentration en 2013 et part de cultures. Valeur maximale par station. L’exigence chiffrée de l’OEaux de 0,1 µg/l se réfère uniquement aux substances actives.

Chaque année en Suisse, 2000 tonnes de pesticides sont répandues dans la nature dont 85 % à 90 % par l’agriculture conventionnelle et le reste par les transports, les jardins privés ou les espaces verts publics. Une proportion importante de ces pesticides finit  dans l’eau.

En chemin, ces substances toxiques tuent non seulement les parasites nuisibles, mais aussi quantité d’auxiliaires et de microorganismes d’une grande importance pour la vitalité des sols, la biodiversité et l’environnement. La qualité de notre eau dépend directement de sa filtration par des sols  sains et vivants.

Pour la première fois, un rapport de l’Office fédéral de l’environnement publié en 2017 expose l’état des sols suisses, notre base vitale. Les données pédologiques actuellement disponibles indiquent que nos sols sont soumis à une forte pression. Ils ne sont pas exploités selon les principes de durabilité.

Dans de nombreux cours d’eau et même dans les eaux souterraines – 80% de notre eau potable provient des eaux souterraines – le seuil légal de résidus de pesticides est régulièrement dépassé et cela depuis des années.

Il est absolument inadmissible qu’en dépit des recherches sur l’état de nos eaux, l’ordonnance sur la protection des eaux vise à multiplier, prochainement, par 3600 la charge maximale admissible de glyphosate dans les cours d’eau passant ainsi de 0,1 µg/l à 360 µg/l !

Argumentaire

Information:
Produits phytosanitaires dans les eaux souterraines
https://www.admin.ch/gov/fr/accueil/documentation/communiques.msg-id-69016.html
Produits phytosanitaires dans les eaux souterraines
Encore de fortes concentrations de pesticides dans les resseaux