Bactéries résistantes aux antibiotiques

La production intensive de viande et de lait ainsi qu’une attitude dédaigneuse envers le bien-être des animaux représentent un coût trop élevé.

En Suisse, chaque année, environ 38 tonnes d’antibiotiques sont administrés au bétail, principalement en prévention, afin que des animaux affaiblis ne tombent pas malades.

Les résidus d’antibiotiques provenant du bétail sont dispersés sur les champs au travers du lisier et du fumier pour finalement terminer dans le cycle de l’eau.

L’utilisation excessive de ces substances a créé des bactéries résistantes que la Commission fédérale pour la sécurité biologique a qualifiées de «plus grande menace pour la santé de la population de la Suisse». A cet égard, il s’agit d’une menace multiple, parce que ces bactéries multirésistantes se répandent en particulier dans les cours d’eau, mais aussi dans la nourriture et l’eau que nous buvons.

Les infections graves, greffes, interventions chirurgicales ou chimiothérapie ne peuvent être soignées ou pratiquées que lorsque des antibiotiques efficaces sont disponibles.

Pourtant, les antibiotiques peuvent encore être utilisés à titre prophylactique dans les élevages. La révision partielle de l’Ordonnance sur les médicaments vétérinaires (OMédV) du 1er avril 2016  mentionne que l’approvisionnement d’antibiotiques à titre prophylactique est restreint, pas interdit.

Argumentaire

Information:
La resistance aux antibiotiques est une pandemie silencieuse
Considérations de la CFSB sur les résistances aux antibiotiques 2014.pdf
www.star.admin.ch/star/fr/home/star/brennpunkte/brennpunkt-eins.html
www.eawag.ch/Fiches_info/fi_resistance_antibiotique_juillet15.pdf