L’effondrement de la biodiversité

Par biodiversité on entend la diversité des espèces (animaux, plantes, champignons, micro-organismes) et celle des gènes, c’est-à-dire la variabilité des individus d’une même espèce. Une biodiversité riche est indispensable à une productivité durable par des sols vivants et fertiles. L’alimentation humaine en dépend directement et aucune autre activité humaine n’influence aussi fortement la diversité biologique que l’agriculture.

Pendant des siècles, les agriculteurs du centre de l’Europe ont contribué à une forte augmentation de la variété des espèces. Mais, à partir des années 50, l’avènement de méthodes industrielles adaptées à la production agricole ont changé rapidement la donne. Aujourd’hui, la production intensive de produits agricoles conduit, en moins de quelques décennies, à un effondrement réel de la biodiversité.  En particulier, la pulvérisation de pesticides ainsi que l’épandage effréné de lisier et les émissions d’azote provenant d’un élevage trop intensif favorisé par les importations de fourrage pour le bétail sont particulièrement dévastateurs pour l’écosystème. Le danger, c’est que ce type d’agriculture, non seulement détruit sa base de production, mais aussi conduit à une impasse économique car les coûts de production que nécessitent ces techniques et adjuvants sont bien trop élevés. Par suite d’années d’industrialisation, l’agriculture suisse a contracté d’énormes déficits. Ce n’est qu’à la faveur de mesures protectionnistes et de milliards de subventions de l’Etat que les agriculteurs peuvent aujourd’hui s’octroyer un salaire.

Une agriculture proche de la nature n’est manifestement pas seulement beaucoup plus économique, mais elle se soucie aussi de la biodiversité en mettant en œuvre une production écologique, au lieu de détruire l’environnement.

Liste de signatures

Information:
Artenvielfalt in der Schweiz – Forscher sind besorgt